IMG_8246 - Copie

Parce que plus de la moitié de mes patients me consulte pour ses histoires de coeur, j'en suis venue à creuser mes sources de connaissances sur l'Amour... Et voici, pour l'heure, ce qu'il résulte de mes lectures, écoutes, observations, réflexions...

Ah... L'A M O U R!... A : Ame

                               M: Moi

                             O: Océa-n-ique

                               U: Union

                               R: Récit

 

LA M O U R : L'Ame de l'Autre qui habite notre Moi et nous submerge et nous évade d'un horizon aussi grand que l'Océan, sentiments et sensations qui nous donnent soif d'Union, tellement soif, qu'il peut assécher ceux qui se noient dans l'imaginaire qu'alimente l'Amour... En ca, en ce déploiement d'attentes, d'espoirs, d'envie, de représentations, d'idéal, d'objet, de non-dits mêlés à des anticipations spirituelles, l'Amour ne fait qu'accroître notre Imaginaire... Il peut être dangereux pour ceux qui ne daignent donner à l'autre, recevoir de l'autre mais aussi et pour beaucoup, donner à soi; c'est à dire, s'écouter, se ressentir, penser ses sentiments, éprouver la pensée de ses sentiments!!... L'Amour est un récit comme il peut être une toile... On le construit dans nos coeurs et nos têtes puis on l'élève et on le parle seulement une fois qu'il est souvenir... = "Trop tard pour le vivre". 

L'Amour est sublimé dans nos esprits mais aussi sublimé par ce qu'en dressent les artistes, peintres, photographes, essayistes,... Sublimé, sublimé, sublimé... Transformé donc? Oui transformé mais aussi, visiblement, simplement "illuminé" par notre Imaginaire ou bien "liquidé par nos plusions de mort/de vie lorsque le vivre devient trop douloureux pour le sujet et qu'ainsi, par mécanisme de défense, il choisit de véhiculer ses pulsions dans un autre domaine (le travail, l'art, le sport, etc...).  

L'Amour semble demeurer impossédable pour le simple Homme qui ne sait dépasser sa vulnérabilité parce qu'il refuse de s'écouter et s'inscrit dans cet océan d'illusion, d'idéal qu'offre l'Amour et parfois aussi, celui qu'on croit aimer et qui dit nous aimer...

Un psychologue clinicien américain, A. Gratch décline sept modèles amoureux... Selon leur intensité, ils mènent à l'échec ou pas...

"1) Amour narcissique: Tout amour commence par l'amour de soi; Nous recherchons l'amour à cause de ce qu'il provoque en nous-mêmes. Le bonheur fou d'être vivant, apprécié, et un sentiment d'extase à l'égard de la vie, de notre vie. Dans cet amour, nous avons un besoin démesuré de nous sentir spécial. Si pour tomber amoureux, il est nécessaire d'idéaliser son partenaire afin de ne pas trop s'arrêter à ses limites, dans l'amour narcissique le fossé entre l'idéalisation et la réalité de l'autre est si profond qu'il finit par être fatal à la relation. Le niveau d'idéalisation est temporaire et conduit fréquemment à son contraire: la dévaluation.

2) Amour virtuel: La séparation géographique est une donnée dans laquelle a-priori nous nous engageons. Allégé des réalités de la vie quotidienne, cet amour, dans sa forme la plus extrême, génère des fantasmes de perfection à propos de l'autre et de la relation. Mais dès que nous essayons d'amener cette relation "virtuelle" dans le monde physique, la construction fantasmatique s'effondre, nous laissant avec nos attentes et des doutes destabilisants à l'égard de notre capacité à aimer.

3) Amour à sens unique: Plus l'autre est hors d'atteinte, plus il nous manque. Lorsque l'objet de notre amour ne répond pas à nos sentiments, nous nous persuadons que nous serions heureux et comblé si seulement nous étions aimé en retour. Mais en vérité, nous nous intéressons souvent de la relation lorsque le sentiment devient réciproque.

4) Amour interdit: L'élément défendu attire notre attention et alimente notre passion (relation étudiant/prof; homme marié/maitresse etc). Quand cet élément défendu disparait, l'amour s'étéint de lui-même car l'un des amants et parfois les deux, finit par s'ennuyer ou par s'intéresser à d'autres situations interdites.

5) Amour sexuel: Relation presque uniquement fondée sur le sexe sans l'amour. Relation fondée sur le désir physique. La relation se délite dès lors qu'un des deux partenaires "se souvient" qu'il n'est pas qu'un corps et que sa psyché ou son âme est une réalité aussi forte, aux besoins aussi puissants que ses organes sexuels et sensuels.

6) Amour triangulaire: Il introduit une troisième personne, réelle ou imaginaire, au milieu de la relation; on aime sa femme en tant qu'épouse-mère et on aime sa maîtresse en tant que partenaire sexuelle; on sort avec un homme tout en nourrissant une passion secrète pour son frère. Ce tiers peut aussi être une activité ou une chose; j'aime mon amie pourtant je préfère passer tout mon temps libre à surfer sur Internet. Dans la plupart de ces cas, quand il s'agit de faire un choix, la troisième personne finit par être sacrifiée, mais non sans avoir auparavant endommagé la relation primaire. Parfois les deux relations, l'officielle comme la secondaire, échouent et d'autres fois la première doit s'incliner devant la concurrence.

7) Amour androgyne: Nous aimerions inconsciemment que notre partenaire change de "sexe affectif", quitte à subir une opération. La femme peut etre le membre le plus entreprenant et le plus agressif du couple, tandis que l'homme se montre sensible et émotif. La polarisation réelle des rôles constitue un danger pour une relation parce que tôt ou tard l'homme finit par reprocher à sa femme d'être un petit chef et elle, par mépriser son mari de n'être qu'un paillasson."

Ah!... L'Amour!... En théorie, c'est simple!... Dans les faits, les protagonistes le rendent a-priori compliqué... Néanmoins, les faits viennent de ce que nous sommes ou ... de ce que nous montrons!!!...